Logo3

nouvelle calédonie

Le paquet de feuilles mélanésien

De forme sphérique aplatie, d’un diamètre de 20 à 25 cms, le paquet de feuilles (be à Maré, à Lifou, bwin à Ouvéa) est utilisé aux Îles Loyauté. À l’origine, c’était un instrument éphémère confectionné à partir des feuilles d’un arbre, le macaranga vedeliana, fourrées de fibre de noix de coco et nouées avec des nervures de cocotier. Aujourd’hui, une enveloppe de fibre de coco bourrée de matière végétale ou de papier journal remplace souvent l'original et un filet de ficelle maintient le tout. Une ganse, passée au majeur, permet de tenir le paquet de feuille d'une main et de le frapper sur la paume de l'autre main. Ce sont surtout les femmes qui utilisent l’instrument : assises à terre en chœur, elles frappent ensemble les temps des danses traditionnelles tout en chantant. Le son produit est sourd et mat.

Be 1

Paquet de feuilles actuel, confectionné à Lifou

Séquence rythmée : sonnaille, paquet de feuilles et wessel

Les sonnailles mélanésiennes

Les sonnailles font partie intégrante du costume du danseur traditionnel de la Grande Terre et des Îles de la Nouvelle Calédonie. Dans les Îles, elles sont le plus souvent fabriquées à partir de jeunes feuilles de cocotiers entrelacées autour des chevilles ou des mollets et sont mises en vibration par secouement. On peut aussi, pour un résultat plus ‘sonore’, enfiler des fruits de cycas séchés et évidés sur une cordelette avant de les mettre au pied. Les danseurs ou danseuses sonorisent ainsi leurs mouvements en pilonnant le sol et en accentuant les temps forts du rythme du pilou.

Img 6444          Img 6450 2

Sonnailles mélanésiennes

Séquence rythmée : sonnailles attachées au pied, frappé sur le sol

 

Le wessel mélanésien

Le wessel peut se définir comme le sifflet traditionnel mélanésien d’aujourd’hui. Son nom viendrait de l’anglais whistle, qui signifie sifflet. À deux, trois, ou mieux, à quatre tuyaux, il est utilisé par les danseurs et musiciens, surtout aux Îles Loyauté de la Nouvelle Calédonie, pour accompagner les danses traditionnelles. À l’origine, le wessel était peut-être un sifflet de marinier, ou servait à l’arbitrage des matchs de cricket. Il aurait été adopté pour remplacer les sifflets végétaux. Les Mélanésiens s’en servent à la manière d’un orgue à bouche : pour varier les sons et les effets, il leur arrive de boucher en alternance avec la main gauche et la main droite un, deux ou trois tuyaux sur quatre en interprétant un motif mélodico-rythmique.

Trois wessels

Wessels à 2, 3 et 4 tuyaux : la partie plate est celle qui est tenue entre les lèvres

Séquence rythmée sur un wessel

Lever du jour à Népoui

Le jour se lève sur Népoui, village minier situé sur la côte ouest de la Nouvelle Calédonie. Le lagon, les montagnes, les bougainvilliers… et les premiers rayons du soleil, fragiles. Une ombre esquisse quelques mouvements dans l’embrasure de la porte. Ses ondulations, un rien mauresques, invitent au voyage.

Danse et montage vidéo : Claudia – Musique : Charley

À la poursuite du cagou

Incapable de prendre son envol, le cagou est un oiseau d'environ 40 cms de haut à l'âge adulte, endémique et emblématique de la Nouvelle Calédonie. Le matin et le soir, on peut entendre son chant, que certains comparent à un aboiement de chien. La femelle entame une mélodie composée de 6 ou 7 syllabes ; le mâle lui répond par une phrase un peu plus longue d’une douzaine de syllabes. Lorsqu’il se sent menacé, le cagou écarte ses ailes et dresse sa houppe en produisant un son caractéristique. Hier encore en voie d’extinction, l’oiseau est maintenant protégé, étudié et sa population avoisinerait actuellement les 2000 individus sur la Grande Terre. J’ai eu le privilège d’observer et d'enregistrer des cagous dans leur milieu naturel aux parcs de la Rivière bleue et des Grandes fougères.

Cagou

Cagou (Parc des grandes fougères)

Cagou effrayé (Parc de la Rivière bleue)

 

Le bambou pilonnant

L’une des spécialités musicales dans les musiques de tradition orale en Mélanésie est l’utilisation du bambou pilonnant. Les bambous sont sélectionnés, coupés à la bonne longueur (1m à 1m40 environ), à la bonne section (7 à 20 cms) ; tous les nœuds sont ensuite percés, à l’exception du dernier, le plus proche du sol. L’instrument est alors frappé sur le terrain – pilonné – par le musicien pour accompagner la danse. Aujourd’hui, sous l’influence de la musique occidentale, il n’est pas rare de trouver des bambous ‘accordés’ selon le tempérament égal ; certains musiciens produisent même des jeux de bambous tempérés qui peuvent s’insérer dans le tissu harmonique ou mélodique d’un ensemble instrumental.

Charley bambou debout copie

Récolte de bambous du côté de Moindou, le 22-11-2014

La mer au 'Bonhomme' de Bourail

Sur la côte ouest de la Nouvelle Calédonie, du côté de Bourail, à la Roche percée, à côté du rocher du ‘Bonhomme’, viennent pondre de superbes créatures marines : les tortues caouannes. Leurs grosses têtes émergent, de temps à autre, à quelques mètres du rivage, tandis qu’elles se laissent ballotter par les vagues qui viennent mourir sur le sable…

Panoramique de la baie des tortues bourail

Le son de la mer au 'Bonhomme' de Bourail

Polyphonie en pleine forêt

À près de trois cents mètres d’altitude, au cœur d’une forêt peuplée de fougères arborescentes, pins colonnaires, gaïacs, bancouliers, palmiers, banians, dans l’odeur épicée des niaoulis, pas très loin de Farino, sur la côte ouest de la Nouvelle Calédonie, une balade en forêt le long d'un torrent à la lumière de la torche électrique. Dès 3h du matin, les coqs donnent du gosier, bientôt rejoints par toute un chœur d’oiseaux, parmi lesquels le notou, pigeon arboricole géant endémique de la Nouvelle Calédonie. La polyphonie s’amplifie puis s’apaise à l’apparition du soleil.

Farino matin 5h 22 11 14          Notou

Pigeon soyeux (vert), Farino, la tribu, 5h du matin, 22-11-14